Dotty SAULTERS: the petite singer larger than life (part 1)

She was the canary in Cab Calloway’s orchestra between 1943 and 1947 and her rather garish voice is heard on many live recordings… Nevertheless, she is actually a complete stranger in the eyes (especially the ears) of jazz connoisseurs.  Do not rely on reference books either: they do not even know she exists.  Yet Dotty SAULTERS was a helluva little woman, a singer and exceptional entertainer, not to mention a great tap dancer.  She was married to Honi Coles, the great tap dancer, and her life was always pulsed by the rhythm.  And what rhythm!  What a woman!  The Hi De Ho Blog reveals everything we know about Dotty Saulters. Here's the first of 3 part biography about Dotty: the first one is her life BEFORE working with Cab Calloway...   Read the full story →

Memory tour of Manhattan Theaters with Christopher Brooks Calloway

On October 9, 2013, I had the pleasure to interview Cab Calloway’s grandson, Christopher Brooks Calloway. Guitarist and bandleader of the Cab Calloway Orchestra, Christopher has been entertaining audiences with his performance and personality for more than 30 years. His grandfather sang with him on several occasions, but as a mentor, Cab remains a permanent influence on Christopher. During my last trip to New York, for a few hours we chatted and walked around Times Square stepping from one theater to another, seeking the places where Cab Calloway played. We shared histories and anecdotes and Christopher opened his heart about his grandfather’s legacy. Read the full story →

“Cabu Swing”: a book about music by the greatest Cab Calloway fan

Amateurs de jazz, de dessins, d'humour, de joie de vivre, vous allez vous régaler ! En 224 pages, vous allez (re)découvrir la vie de Cabu et sa relation avec la musique depuis toujours. Les esquisses comme les dessins finalisés de ce maître de la caricature sont les témoins de plus d'un demi-siècle vécu au rythme de toutes les musiques. Avec naturellement un penchant particulier pour ses idoles comme Charles Trénet et Cab Calloway bien sûr. Read the full story →

“COTTON CLUB PARADE” (october 1932)

Revue du Cotton Club de Harlem : * Paroles de Ted Koehler * Musiques d’Harold Arlen * Mise en scène de Dan Healy * Vedettes : Aida Ward, Cab Calloway Chansons publiées : * Harlem Holiday * I’ve Got a World On A String* * That’s What I Hate About Love* * The Wail of The Reefer Man* Read the full story →

Welcome to The ‘new’ Hi de Ho Blog

From the Cotton Club to the “Blues Brothers”, from the roaring 20’s until his death in 1994, Cab CALLOWAY has been a larger than life entertainer, first known for his song created in 1931 that drove him to fame: “Minnie The Moocher”. Read the full story →

Flip O’Vision: Cab Calloway’s flipbook (1949)

48 mm x 33 mm (1.89 inch x 1.30 inch)... These are the measurements of one of the most picturesque objects that can be found related to Cab Calloway! It is a small flip book published in 1949 by the TOPP brand of chewing gum. TOPPS released these flip books to get into the race with the irresistible growth of television. They were offered 5 cents with packs of tablets. The series would have counted up to 60 different flip books, among which is Cab Calloway. Read the full story →

The King of Hi de Ho and the Presidents

  Many jazz fans will be delighted by this story told by Cab Calloway in his autobiography, Of Minnie the Moocher and Me: at an evening reception in honor of Duke Ellington, Richard Nixon approach Cab Calloway and told him "My wife and I really like what you're doing, Mr. Ellington" True or not, it indicates the presence of Cab at the White House and his relationship with the U.S. leader. The Hi de Ho Blog will tell you a little more... Read the full story →

Juke Box #5, november 1948 : Cab Calloway in a comics

In 1948, while his popularity was rather low and his concerts became downright rare, Cab Calloway enjoyed the limelights of the release of a short comic about him published by Famous Funnies editions. Entitled "Cab Calloway, dean of American jive", the 3 pages are ​​part of the Juke Box series published from March 1948 to January 1949. The whole series was about music. Many famous artists ​​appear: Spike Jones, Duke Ellington, Count Basie, Peggie Lee, Tommy Dorsey, Mel Tormé, Xavier Cugat, Stan Kenton, Lena Horne, Bettie Hutton, Lionel Hampton, Johnny Mercer, Woody Herman, Al Jolson, Guy Lombardo, Buddy Rich, etc. and Cab Calloway of course! Read the full story →

“The Grand Larceny”, an article by Cab Calloway (Oct. 1937)

  Cab Calloway s'est exprimé plusieurs fois dans les journaux et magazines de son époque, en dehors des interviews. Dès 1931, son premier article paraît dans le magazine britannique Rhythm. Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à celui paru en octobre 1937 dans les colonnes de Musical News & Dance Band. Cet article fut le premier d'une série écrits spécialement pour cette revue anglaise par des chefs d'orchestre américains. Avec cet article de Cab intitulé "Vol qualifié" (Grand Larceny), le ton était donné : règlement de compte avec les critiques, les journalistes et les musiciens blancs et noirs... Read the full story →

Loretta THOMPSON and her “Hi de Ho Rock and Roll” (1958)

Les amateurs comme les contradicteurs du Hi de Ho font parfois d'effrayantes découvertes. Comme preuve, la rencontre du Rock country et du Hi de Ho sous la houlette de la jeune Loretta THOMPSON. Enregistré le 18 novembre 1957 avec son groupe "The Rockers" pour le label UNITED, "Hi de Ho Rock and Roll", ne dure pas assez longtemps pour que l'on ait envie de bazarder son équipement stéréo par la fenêtre. Read the full story →

LIttle Lulu : The Baby Sitter (1947) with Cab Calloway

Little Lulu est un personnage qui a été créé en 1935 pour le magazine Saturday Evening Post. Après être passé d'un cartoon à un dessin puis à une planche complète, Little Lulu est devenu l'héroïne de comic books (que les collectionneurs s'arrachent) et de quelques cartoons produit par Famous Studios pour la Paramount. A partir de 1943, ces petits dessins-animés étaient projetés avant le programme principal au cinéma. La série des Little Lulu vient d'ailleurs remplacer celle de Superman qui datait de 1940. "The Baby Sitter" est le 25e des 28 épisodes des aventures de Little Lulu. Et si The Hi de Ho Blog vous en parle, c'est parce qu'il y a du Cab Calloway dedans ! Read the full story →

Cab's musicians' first job

Les journaux de l'époque fourmillent de petits articles aimablement "suggérés" par les relations presse d'Irving Mills. Parmi ceux-ci, on trouve la trace des premiers métiers exercés par les musiciens de Cab Calloway. Après tout, ces dieux de la scène étaient des humains comme les autres puisqu'ils avaient été charpentiers, mécaniciens, postiers, etc. Voici la liste retrouvée des différentes professions passées de ce formidable orchestre. Read the full story →

May 1958: Cab Calloway at the Olympia in Paris

When Cab Calloway began his series of galas May 22, 1958 at the Olympia in Paris, it has been a few years since he had performed in France. The first time was in 1934 during his European tour of the Cotton Club, then a few weeks at the Paris Empire Theatre in Porgy and Bess in 1953. There is some documentation on this series of concerts in Paris during the "events" in Algeria whose repercussions in France caused riots in the capital. This is also an opportunity to see how the audience spent an evening attending a show in the new Olympia reopened in 1954 by Bruno Coquatrix. Read the full story →

William Thornton BLUE: the creative but forgotten clarinettist

Listen to Cab Calloway’s recordings from the early 1930s ... If your ear is dominated by a hopping, acrobatic and remarkably creative clarinet sound, you are enjoying one of the great forgotten musicians in the History of Jazz who spent more than 30 years in an asylum: William Thornton BLUE. It is my good friend the late Christian Bonnet (1945-2017) — whose ear was particularly demanding - that made me discover the talent of this clarinetist and alto saxophonist whose solos give a unique sound to the first Calloway shellacs... The Hi De Ho Blog will tell you the almost unknown story of the man who nicknamed himself “The reputed Blue”. Read the full story →

"Eadie Was A Lady" as told by Keller WHALEN

“Eadie Was a Lady” was recorded by Cab Calloway on December 7, 1932. Today, The Hi De Ho Blog is happy to welcome an essay on this song, sharply written by one of the biggest Cab Calloway fan I know: Keller WHALEN. This American guy, friend of mine has digged the roots and the many covers of that song with such strange lyrics...   Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” (6/6): the ARRANGERS

Les orchestres de Cab Calloway et de Duke Ellington étaient parmi les plus populaires dans les années 1930/40. Ils étaient également ceux qui distribuaient les plus belles fiches de paie ! Naturellement, celui du Duke avait un prestige et une excellence incomparables. Beaucoup des musiciens qui sont passés par les pupitres de Cab ont eu envie à un moment ou un autre de rejoindre ceux d'Ellington. Seule une poignée d'entre eux est parvenue à ses fins... et encore moins d'autres ont fait le chemin inverse ! The Hi de Ho Blog les passe tous en revue pour vous. Et il y a dans la liste quelques noms inattendus ! Nous terminons aujourd'hui la série par les arrangeurs : Benny Carter, Mary Lou Williams et Gerald Wilson. Read the full story →

July 1939: When Cab Calloway wanted to stop the Hi-De-Ho

On a parfois de belles surprises en lisant la presse de l'époque. En regardant avec attention les archives du quotidien noir The Chicago Defender, je suis tombé sur deux articles de juillet 1939 relatant l'envie de Cab Calloway d'arrêter de chanter du Hi de Ho, la formule qui avait fait son succès. Regardons cela de plus près pour comprendre ses motivations et constater... que ça n'a pas vraiment cessé ! Read the full story →

Cab Calloway's disco period at Hologram Records as told by Kris DiLorenzo

The Hi De Ho Blog has often favored the oldest career Cab Calloway periods. Considering them, the last decades of the King of Hi De Ho are very misinformed. It is mainly confined to The Blues Brothers movie and European tours, and then that's all. Thanks to Kris DiLorenzo, we can learn more about 1978 and the launch of the Minnie the Moocher Disco version. Since she was the Director of Publicity and was on the A&R Commitee of Hologram Records and therefore was publicizing Cab Calloway's record, her role was to promote his records and concerts, to capture media attention and serve as a link between the musicians and the press. Read the full story →

Cab Calloway’s miniature by Kings Road Miniatures: total achievement!

On peut être le plus grand zazou de tous les temps et se voir réduit à quelques centimètres de hauteur ! La preuve avec l'atelier californien Kings Road miniatures, qui édite une série spéciale avec les "héros" du XXe siècle, en tout cas ceux qui ont inspiré leur époque. On y retrouve Clara Bow, Rudolph Valentino, des pionniers de l'aviation comme Lindbergh et... Cab Calloway ! Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” (5/6): the EXCEPTIONS

Les orchestres de Cab Calloway et de Duke Ellington étaient parmi les plus populaires dans les années 1930/40. Ils étaient également ceux qui distribuaient les plus belles fiches de paie ! Naturellement, celui du Duke avait un prestige et une excellence incomparables. Beaucoup des musiciens qui sont passés par les pupitres de Cab ont eu envie à un moment ou un autre de rejoindre ceux d'Ellington. Seule une poignée d'entre eux est parvenue à ses fins... et encore moins d'autres ont fait le chemin inverse ! C'est aujourd'hui aux exceptions que nous nous intéressons. En effet, seuls quelques rares musiciens ont fait le chemin inverse, jouant d'abord chez Duke avant de rejoindre l'orchestre de Cab. Tout le détail, en respectant l'ordre chronologique, et il y a quelques surprises... Read the full story →

French adaptation of “The Jumpin' Jive”: Hep! Hep!... Help!

Qu'il est difficile d'adapter en français des textes de standards de jazz. Beaucoup s'y sont frottés et s'y sont piqués ! Mais quand il s'agit d'adapter en français le jive obscur et incohérent de Cab Calloway, cela relève du défi majeur de tout traducteur ! Apparemment, Lucien Lagarde* n'avait pas son Hepsters Dictionary en main lorsqu'il a commis cette adaptation très très libre de "The Jumpin' Jive"... Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” (4/6): the RHYTHM SECTION

Les orchestres de Cab Calloway et de Duke Ellington étaient parmi les plus populaires dans les années 1930/40. Ils étaient également ceux qui distribuaient les plus belles fiches de paie ! Naturellement, celui du Duke avait un prestige et une excellence incomparables. Beaucoup des musiciens qui sont passés par les pupitres de Cab ont eu envie à un moment ou un autre de rejoindre ceux d'Ellington. Seule une poignée d'entre eux est parvenue à ses fins... et encore moins d'autres ont fait le chemin inverse ! The Hi de Ho Blog les passe tous en revue pour vous. Et il y a dans la liste quelques noms inattendus ! Aujourd'hui, c'est la section rythmique qui passe le grand jury avec une grande absente : la batterie puisqu'en effet, aucun batteur ne passa d'un orchestre à un autre. Aucun, enfin presque... Read the full story →

Peckin’: the road to success (along with a rooster)

Recorded on March 3, 1937, Peckin' is a novelty song intended to create new fashionable dance. In the lyrics, Cab Calloway refers to other dances launched by him at the Cotton Club, like the Suzy-Q and Truckin'. The Hi de Ho Blog tells you what he knows about this ancestor of the Duck Trot and, most famous in France, La danse des canards... Read the full story →

Who’s that little boy with Cab Calloway in “Sensations of 1945”?

Tout le monde - en tout cas, ceux qui ont vu le film - se souvient de la très jolie scène où Cab Calloway passe en revue le Hepsters' Dictionary dans "Sensations of 1945" d'Andrew Stone. Un gamin en queue de pie blanche accompagne Cab et lui donne la réplique tandis qu'un chat en dessin animé reproduit les mouvements zazous du maestro. Ce petit gamin a toujours beaucoup plu aux amateurs de jazz sans qu'il soit pour autant cité au générique du film. Du coup, on a perdu son identité. Du coup, The Hi de Ho Blog a mené l'enquête et a trouvé la réponse "tant" attendue par les connaisseurs. Read the full story →

“A plane! A plane for my musicians!”

Tout le monde sait que l'orchestre de Cab Calloway était parmi les mieux traités du business : la paie était la meilleure, 4 semaines de congés payés par an et 1 semaine à Noël avec une prime, au moins 3 costumes de scène inclus, etc. Dans le "package" Calloway, il y avait également le transport. Quand ce n'était pas dans un bus spécial, l'orchestre avait pour habitude de voyager dans un wagon Pullman bénéficiant d'un grand confort. Les nombreuses photos de Milt Hinton vous ont déjà montré tout ça. Ce que l'on sait moins, c'est que tout l'orchestre profita pendant quelques mois d'un nouveau type de transport, unique dans tout le monde du jazz à l'époque : un avion ! Il n'y a guère que The Hi de Ho Blog pour vous raconter pareille anecdote ! Read the full story →

“Kicking the Gong Around” & “Reefer Man”: what‘s your guess?

Les expressions argotiques employées dans les chansons de Cab Calloway sont parfois difficiles voire impossible à décrypter si l'on n'était pas dans l'époque, Noir ou musicien de jazz ! L'histoire raconte qu'Irving Mills insistait même pour ajouter encore plus d'argot dans les chansons de manière à ce que cela soit toujours plus "exotique" pour les bourgeois blancs qui assistaient aux revues du Cotton Club... Ce n'est pas par hasard si dès 1938 Cab Calloway sortit son Hepsters Dictionary qui recense toutes ces expressions (bon, c'était aussi pour faire la nique à Benny Goodman qui distribuait un petit dictionnaire du swing à son public). Read the full story →

Most interesting interview of Alyn SHIPTON about “Hi de Ho: The Life of Cab Calloway”

Le talent d'Alyn SHIPTON dans son analyse et sa compréhension des musiciens, de leur vie et de leur rapport au public est incontestable. Les nombreux ouvrages qu'il a consacrés à des biographies de grands jazzmen sont là pour le prouver. Alyn Shipton a publié le premier ouvrage entièrement consacré au roi du Hi de Ho à l'automne 2010, sous le titre "Hi-De-Ho: The Life of Cab Calloway". Il a également été conseiller historique pour le documentaire "Cab Calloway, le dandy de Harlem" (2010). En avril 2011, il a été interviewé par le Jerry Jazz Musician, un des sites Internet les plus passionnants consacrés au Jazz qui vient de mettre en ligne cette longue discussion. Read the full story →

A Surrealistic poem to Cab Calloway

Une des merveilles d'eBay, c'est de permettre de découvrir des choses qu'on n'aurait pas osé imaginer... En voici la preuve avec ce poème extrait d'un ouvrage récemment mis en vente sur le site de vente aux enchères. Il s'agit d'un recueil de poésies de Pierre CUVILLIER, publié en 1948 (éditions Debresse, illustré par Maurice Henry). Read the full story →

120 batons broken per year by Cab

Confined to his small workshop in Staten Island, Isaac Cary manufactures batons for conductors since 1929. He's even the only one to do so in the USA (in 1941). His clientele count among the most famous maestros of the time: Arturo Toscanini, Dave Rubinoff, Alfred Wallenstein, Andre Kostelanetz, Mark Warnow... On the jazz and showbusiness side, Cary's clients include Paul Whiteman, Jimmy Lunceford, Hal Kemp, Abe Lyman, Rudy Vallee, Ozzie Nelson, Freddie Rich, Frank Black... and Cab Calloway. Read the full story →

A 1934 poem to Cab Calloway

  En 1932 était paru dans New York Mirror un poème à propos de Cab Calloway que nous avons déjà retranscrit. En avril 1934, tandis que Cab est en tournée en Europe, un nouveau poème fait surface. Cette fois, on parle de la protagoniste d'une chanson interprétée par Cab à cette époque : Sylvia. Autant vous le dire tout de suite, j'ai l'impression que son auteur s'est un peu emporté.   Read the full story →

Winter hour and speed ticket for Cab Calloway

En ce week-end de passage à l'heure d'hiver, voici une anecdote de 1935 sur Cab Calloway pour qui le changement d'horaire eut des conséquences fâcheuses... La pauvreté de l'intérêt de l'anecdote et sa parution en tête de la section "Théâtres" du grand journal New York Age du 4 mai 1935 démontrent à quel point Cab Calloway était une star dont la presse guettait le moindre geste... Read the full story →

The Five Jinks: “Za Zu Swing” (1937)

Voilà encore un groupe vocal obscure dont il ne reste presque rien. Six face enregistrées en février 1937 pour Blue Bird. Scateurs invétérés ils étaient aussi d'inépuisables imitateurs (voire plagieurs) des Mills brothers et de Cab Calloway. En témoigne ce titre "Za Zu Swing" dont les paroles ne sont guère éloignées de la version originale enregistrée 4 ans plus tôt par le roi du Hi de Ho. Read the full story →