“Jazz From The Beginning” by Garvin BUSHELL (1988) 1/2

  Certains ouvrages méritent d’être classés parmi les références indispensables pour bien comprendre l’évolution du jazz. Jazz From The Beginning appartient à ceux-là car tout y est : les petites histoires, les grands personnages, la réalité du quotidien, les courants musicaux… Et pourtant, son auteur, Garvin BUSHELL (1902-1991) est un musicien connu surtout par les spécialistes. Dans son autobiographie, il raconte en détail son parcours qui a notamment croisé celui de Cab Calloway de mai 1936 à août 1937. Quinze mois qui nous en disent long sur la vie de l’orchestre et sur ses rapports avec Cab qu’il n’aimait pas vraiment… Read the full story →

Tiny BRADSHAW, the Super Cab Calloway

  Plus connu pour sa période R&B, Myron 'Tiny' BRADSHAW a connu première carrière dans les années 1930. Jeune étudiant en psychologie, il était devenu le chanteur des Horace Henderson’s Collegians. Installé à New York en 1932, il y joua de la batterie pour plusieurs orchestres dont le Mills Blue Rhythm Band (l’orchestre créé par l’agent de Cab, Irving Mills, et qui servait de remplaçant au Cotton Club lorsque Cab et Duke étaient tous les deux absents).   Read the full story →

Chu Berry's 7CD Boxset at Mosaic Records

  Tous les amateurs de Cab Calloway connaissent bien Chu BERRY (1908-1941), saxophoniste ténor au talent prometteur, interrompu par un accident de voiture mortel en octobre 1941. Celui qui a inspiré Parker, Coltrane, celui que Ben Webster ou Coleman Hawkins redoutaient et admiraient à la fois, va avoir les honneurs d'un coffret intégrale chez MOSAIC Records.   Read the full story →

Cab Calloway's archives

  Quand on passe près de 70 ans sur scène, que l'on parcourt le monde entier, que l'on cotoie des musiciens et des artistes en tous genres, on accumule naturellement quelques "papiers". C'est effectivement ce qui est arrivé à Cab Calloway qui décida, en 1976, de faire don de ses archives personnelles à la librairie Mugar de Boston, MA. Aujourd'hui placée dans les Archives Howard Gotlieb, la "Cab Calloway Collection" recèle de nombreux trésors. The Hi de Ho Blog vous en dresse la liste... Read the full story →

Eugenie BAIRD: the one-duet singer

Eugénie BAIRD et une des chanteuses de jazz qui ont chanté en duo avec Cab Calloway. Parmi elles, on peut compter également June Richmond, Dotty Salters, Aida Ward, Josephine Baker, Ethel Waters et, naturellement ses filles, Lael, Chris et Cabella.   Read the full story →

”The Marquis Of Harlem” by Steve VOCE (1957)

  Steve VOCE est un journaliste britannique au service du jazz depuis près de 60 ans. Ses articles essaiment les journaux anglais depuis longtemps (Jazz Journal, The Independent où il tient la chronique funéraire des grands jazzmen…). C’est également un homme d’une grande générosité puisqu’il m’a spontanément envoyé une interview de Cab Calloway qu’il avait réalisée en 1957 alors qu’il était en tournée en Grande-Bretagne. En voici quelques extraits que je me suis permis de traduire rapidement (et avec son autorisation), afin de les partager avec vous. Read the full story →

“One Night Stand with the Big Bands”: 1973 radio interview of Cab Calloway

  Grâce à la gentillesse et à la générosité d’Arnold Dean et Bob Sherago, vous allez pouvoir écouter une interview intimiste et touchante de Cab Calloway, réalisée en février 1973 pour l’émission One Night Stand with the Big Bands. Cette émission mensuelle était diffusée sur la radio WTIC d’Hartford, dans le Connecticut. Vous allez y découvrir un Cab relatant ses débuts, ses relations avec les musiciens, notamment Chu Berry auquel il était particulièrement attaché. Un Cab intime et discret, à l’inverse de sa personnalité scénique. Read the full story →

Cab: top afroamerican star in cartoons

  Avec une bouche dessinée comme s’il avait mangé sa bouillie au sabre, avec son extravagance et sa personnalité scénique, Cab était naturellement un sujet idéal pour la caricature. Mais c’est du côté des dessins animés que l’on doit regarder. Cab Calloway apparaît en effet en tête devant des personnalités noires au moins tout aussi influentes que lui à l’époque. On n’est jamais très loin des stéréotypes racistes. Read the full story →

BENNY PAYNE: the friendly pianist (part 2)

  Dans cette seconde note consacrée à Benny Payne, le pianiste de Cab Calloway de 1931 à 1943, nous allons découvrir comment il a réagi à son retour de l'armée et comment il a poursuivi sa carrière de pianiste. Nous parlerons également de sa femme, Ethel MOSES, qui a connu une splendide carrière de chorus girl au Cotton Club...   Read the full story →

“Minnie The Moocher”: the forgotten lyrics

  Tout le monde a déjà entendu quelques milliers de fois la chanson Minnie The Moocher, qui fut le thème de Cab de 1931 à 1994. Tout le monde sait que son succès vint d'une improvisation de Cab à cause d'un oubli des paroles de la chanson. Et c'est bien normal puisqu'elle compte pas moins de 7 couplets. Habituellement, seuls les 4 premiers sont chantés. Possesseur d'une partition d'époque, je suis heureux de vous proposer de découvrir l'intégralité des lyrics de cette chanson maintes fois reprise. Read the full story →

George E. LEE: the Cab Calloway of the Middle West

  Le chanteur, pianiste et chef d’orchestre George E. LEE (1896-1958) est surtout connu… à cause de sa petite sœur, Julia. Durant quelques années, l’orchestre de George E. Lee écume les salles du Kansas. Il calque peu à peu son chant sur celui de Cab Calloway, au point que les publicités l’appellent le « Cab Calloway du Middle West ». Et pourtant, il avait tout pour en vouloir à Cab, après le mauvais coup de Brunswick sur le lancement de "Saint James Infirmary"... Read the full story →

"Les musiciens de jazz et leurs trois vœux" by Pannonica de Koenigswarter

  Pannonica de KOENIGSWARTER (1913-1988) fut pendant quelques décennies l’égérie des musiciens de jazz new-yorkais. Ex-épouse d’un millionnaire, elle s’était prise de passion pour la musique noire-américaine. Toujours présente dans les clubs, elle devint vite la confidente de quelques-uns des grands noms du jazz, à commencer par Thelonious MONK. Sa maison (Cathouse, pour les « cats », joueurs de jazz, mais aussi les quelque 120 chats qui arpentaient la propriété) devint le refuge de tous ceux qui vivaient plus ou moins bien de leur instrument. Durant de nombreuses années, elle recueillit les réponses à une seule et unique question posée à des centaines de musiciens : « Si on t’accordait trois vœux qui devaient se réaliser sur-le-champ, que souhaiterais-tu ? » Read the full story →

Swooner Crooner (1944)

  Imaginez Cab Calloway en coq en train de passer une audition pour Porky Pig pour contrer le jeune poulet Frank Sinatra qui empêche tout un poulailler d’être productif… Il faut s’appeler Frank TASHLIN pour avoir l’esprit aussi déjanté ! Sorti en mai 1944, Swooner Crooner est une petite merveille que j’ai le plaisir de vous inviter à (re)découvrir, avec un superbe passage dans lequel Cab apparaît en grande forme… Read the full story →

August 14, 1945: the night Cab hit Claude Hopkins at the Zanzibar cafe

C'est grâce aux archives dans les journaux américains que j'ai pu trouver cette anecdote étonnante qui voit Cab frapper Claude HOPKINS alors qu'il était sur la scène du Café Zanzibar, un soir d'août 1945... Mais ça n'était pas n'importe quel jour : c'était le 14 août 1945, et quelques minutes avant ou après, la reddition japonaise avait été annoncée à la radio, interrompant le broadcast en cours. Read the full story →

BENNY PAYNE: the friendly pianist (part 1)

  Même si beaucoup de musiciens ont glosé sur la routine de jouer avec Cab et son incapacité à laisser ses solistes suffisamment s’exprimer, on doit tout de même reconnaître que de nombreux pupitres sont restés occupés par les mêmes personnes de nombreuses années. Et en tout premier lieu par Benny PAYNE, le pianiste de Cab de juillet 1931 (première date d’enregistrement) à fin 1943 (son départ à l’armée). Dans cette première partie, nous allons voir la carrière de Benny Payne avant et pendant Cab. Read the full story →

George MAYER: Cab’s white impersonator

  George MAYER (1912?-1974) était un showman assez populaire dans les années trente. Sa particularité, en dehors d’être la ‘beatbox’ du moment (il faisait littéralement du tapdancing avec sa bouche), était d’imiter Cab Calloway, tant dans son jeu de scène que dans ses Hi de Ho. Read the full story →

How Cab Calloway left his agent Moe Gale for Irving Mills

  Moe GALE (né Moses Galewski, 1899-1964) fut le premier agent qu'eut Cab Calloway. Il signa avec lui un contrat qui faisait de lui un artiste pieds et poings liés pour 10 ans, avec un salaire fixe de 100 $ par semaine. Si cela semblait une fortune pour Cab au moment d'arriver à New York, cela relevait de l'escroquerie pure et simple : en quelques semaines, Cab allait « valoir » plus de 500 $ par semaine. Mais ça n'est pas tout…     Read the full story →

“Minnie The Moocher” by The Cherokees (1967)

  Qu'est-ce qui leur a pris ? Voilà la première question que l"on est en droit de se poser en regardant ce clip de 1967 du groupe australien The Cherokees, interprétant Minnie The Moocher dans une version on ne peut plus sixties… Minnie The Moocher chanté de cette manière, même Cab dans le pire de ses cauchemars (ou de ses délires d’adaptation… voir pour cela sa pitoyable version disco de 1978) n’y aurait même pas songé ! Read the full story →

Chap. 1: “Hustling”

« Bon sang, si tu as réussi comme ça, c’est bien parce que tu es et as toujours été un acharné et un entêté de foutu nègre. » Je vous l’avais dit : le ton est donné ! Dans ce premier chapitre se dévoile le caractère de Cab, déjà très marqué et inexorablement attiré par la rue et ses jeux plutôt que par l’école.   Read the full story →

“Sesame Street” (1980)

  Si Cab est resté longtemps connu des enfants et des trentenaires d'aujourd'hui aux USA, c'est grâce à ses apparitions télévisées (et maintes fois répétées) dans l'émission pour enfants Sesame Street. Enregistrées pendant la saison 12 (1980), trois saynètes chantées permirent de faire découvrir le roi du Hi de Ho aux plus petits, dans un décor inspiré du Cotton Club. Read the full story →

Introduction: “Minnie The Moocher and Cab”

En préambule au récit de sa vie, Cab se devait de saluer au passage Minnie The Moocher. Dans une courte introduction, il raconte les circonstances désormais très connues (et somme toute douteuses, tellement elle font « trop » vrai) et explique les raisons qui l’ont poussé à écrire ses mémoires.   Read the full story →

Gilles PETARD: jazz as a fireworks!

  Quand on a la chance de rencontrer Gilles Pétard, on se dit que l’on n’est qu’un petit amateur de jazz à côté de lui. Tout petit ! Voilà quelqu’un qui depuis toujours s’est passionné pour la musique noire et qui a accumulé une collection sans commune mesure. Nous concernant, c’est surtout grâce à lui que l’on a la chance de pouvoir écouter l’intégrale de l’œuvre de Cab, en tout cas jusqu’en 1955, dans la fameuse collection Chronogical Classics. Mais Gilles Pétard connaît Cab depuis bien plus longtemps… Read the full story →

“Of Minnie The Moocher & Me”: general overview

  Off Minnie The Moocher and Me est l’autobiographie de Cab Calloway, coécrite avec Bryant ROLLINS et publiée en 1976 par Thomas Y. Crowell Company. Plus de 250 pages pleines de vie, de jazz, de souvenirs plus ou moins « arrangés » pour l’occasion… et surtout une mine d’informations capitales pour bien connaître la vie de Cab Calloway mais aussi son époque et ses musiciens. Durant un an (soit jusqu’à la publication de The Hi-de-Ho Man d’Alyn SHIPTON, la première biographie importante sur Cab), The Hi de Ho Blog va vous « lire » ces mémoires exceptionnelles. Vous n’allez pas être déçus ! Read the full story →

“I Guess I’ll Get The Papers And Go Home” by Doc CHEATHAM (part 3)

Troisième et dernière partie de notre lecture des mémoires de Doc Cheatham, cette note nous permet de voir la tournée européenne du Cotton Club en 1934 avec un regard bien différent de celui de Cab (et sans doute plus juste). nous verrons le départ de Doc en 1939 de l'orchestre et son escapade en France au début de la guerre. La fin de sa carrière mérite tout autant que l'on s'y intéresse tant Doc n'a cessé de jouer jusqu'à la fin de sa vie, lui qui était d'une santé si fragile et qui s'éteignit à 91 ans ! Read the full story →

The Lady With The Fan (1933)

  Cab a écrit et co-écrit une petite centaine de chansons au cours de sa carrière. Une de ses premières créations fut « Lady With The Fan ». Dans son autobiographie, Cab nous raconte qu'il avait en tête une des chorus girls du Cotton Club : Amy Spencer. Elle dansait en cachant ses formes derrière un large éventail à vous d"imaginer pourquoi Cab écrivit cette chanson (surtout de là où il était placé pour l’écrire…). Read the full story →

“Stormy Weather”, the song (1933)

  Voici un des grands standards du jazz co-écrit en 1933 par Ted Koehler (paroles) et Harold Arlen (musique) et qui donna 10 ans plus tard son titre au film éponyme d’Andrew L. Stone. La petite histoire veut qu'Arlen et Joehler pensaient destiner cette chanson à Cab, comptant sur ses ressorts dramatiques pour faire résonner les fameuses premières paroles : "Don’t know why…" Le sort - plus exactement le management du Cotton Club - en décida autrement. Read the full story →

“I Guess I’ll Get The Papers And Go Home” by Doc CHEATHAM (part 2)

Après une première note consacrée aux premiers pas de Doc Cheatham dans le monde du jazz, voici la partie dédiée à son parcours avec l’orchestre de Cab Calloway entre 1931 et 1939 et à la suite de sa carrière, des orchestres de Perez Prado à ceux de Vic Dickenson et Wilbur De Paris. Le frêle petit Doc a beau être fragile, son existence a connu bien des rebondissements…   Read the full story →

“Minnie The Moocher” by Tamyra GRAY in American Idol

  Sacrée Minnie : elle n’a pas fini de faire parler d’elle.  Notamment au cours de l’émission American Idol diffusée aux USA sur la FOX et qui n’est autre que la version américaine de notre incontournable (!) Nouvelle Star de M6. En effet, lors de la saison 1 (2003), la candidate Tamyra GRAY en a fait une interprétation éblouissante (complètement calquée sur celle de Cab dans les Blues Brothers), accompagnée d’un brillant big band. Le public – comme le jury – furent enthousiasmés. Pour autant, la belle Tamyra finit 4e d’American Idol. Je vous laisse juge… Read the full story →

“I Guess I’ll Get The Papers And Go Home” by Doc CHEATHAM (part 1)

  Voici un livre touchant et sincère, à l’image de son auteur, Doc Cheatham (1906-1997), lead trompette dans l’orchestre de Cab de 1931 à 1939. Une fois encore, nous devons à Alyn SHIPTON d’avoir aidé Doc à mettre en ordre ses souvenirs. D’ailleurs, l’un des plaisirs de Doc Cheatham est d’avoir vu ses mémoires éditées de son vivant. Remarquable par bien des détails et le regard humble et honnête qu’il pose sur son existence, I Guess I’ll Get The Papers And Go Home possède un long chapitre passionnant entièrement dévolu à la période avec Cab CALLOWAY que nous aborderons dans la deuxième note consacrée à ce livre. En attendant, voici comment Doc Cheatham fit ses premières armes… Read the full story →

Death of Katherine DUNHAM, “Stormy Weather”choreographer

  Il faut s'y résoudre : les derniers acteurs et témoins du jazz des années 30 et 40 commencent à être de plus en plus rares... Et depuis dimancher 21 mai 2006, le monde du jazz et de la danse compte une grande vedette de moins en la personne de Katherine DUNHAM. Son talent et son tempérament l'avait fait remarquer par Hollywood qui la fit travailler à de nombreuses reprise, comme Cabin In The Sky et... Stormy Weather. Read the full story →

New Rev-OLA CD “The Hi de Ho Man”

  Les producteurs de disques manquent cruellement d’imagination et le cas de Cab en est la preuve flagrante. Alors que des dizaines d’heures de concerts dorment dans les maisons de disques ou chez certains collectionneurs, on nous refait une fois encore le coup de la compilation. Saluons toutefois les efforts de Rev-Ola, petite maison de production britannique, qui sort ces jours-ci un album intitulé « The Hi de Ho Man » (le titre lui-même ne brillant pas par son originalité). Read the full story →

CABU: the craziest Cab Calloway fan in France

  Si je vous dis qu’en France il existe une personne encore plus fan de Cab que moi, vous répondrez sans doute : « Bien sûr, c’est Cabu ! » Et vous aurez raison ! Je n’ai jamais entendu quelqu’un capable d’en parler si longtemps, avec autant de connaissance et d’intérêt. Au cours d’une rencontre qui devait durer deux heures et qui dura presque 4 fois plus longtemps, nous avons échangé nos points de vue et notre admiration pour Cab et ses musiciens et le jazz en général. Read the full story →

“Uptown” (1980)

  Quand la télévision américaine célèbre une des plus prestigieuses salles de spectacle de New York, elle n’y va pas de mainmorte ! Pendant 2 heures, cette émission datant de 1980 et écrite par Harry Crane (qui écrivit quelques années plus tôt le film Ziegfeld Follies et quelques shows de Dean Martin) et Marty Farrell (spécialiste des émissions « Tribute ») va faire revivre l’Apollo Theatre. Le show TV de 1980 est mené tambour battant et Cab swinguant puisque le roi du Hi de Ho est le maître de cérémonie. Voici d’ailleurs la séquence générique (seul extrait que je connaisse d’ailleurs de cette émission) qui permet de voir un bon vieux Cab de 73 ans en pleine forme, dansant et chantant comme quarante ans plus tôt ! Read the full story →

One of Cab Calloway’s grand daughters slaughtered

Chevelle "Shelli" Calloway, a été assassinée à l’âge de 41 ans par son mari Jon Dilley qui a également tué sa propre mère au même moment, le tout à la suite d’une dispute. Ce sordide fait-divers eut lieu le 21 août 2004 à Boothbay Harbor dans l’état du Maine, et le jugement vient d’être rendu il y a quelques jours. Read the full story →

Philippe BAUDOIN: the erudite fan

S’il est un nom que les amateurs de Cab Calloway ont souvent croisé durant leurs lectures, c’est bien celui de Philippe BAUDOIN. Pianiste, compositeur, arrangeur, professeur, auteur de nombreux ouvrages, producteur de disques et d'émissions radiophoniques et fantastique collectionneur, Philippe BAUDOIN n’en est pas moins un homme discret, passionné et érudit. Read the full story →

Clean Pastures (1937): the banned cartoon

  Voici l'un des cartoons de la Warner Bros banni dans les années 1960 par la censure pour ses stéréotypes racistes. Et pourtant, quel témoignage exceptionnel sur la vision du jazz noir des années trente : Bill Robinson, Stepin Fetchit, Fats Waller, les Mills Brothers et, naturellement, Cab Calloway. Tous y apparaissent caricaturés de la plus belle manière : le swing est respecté ! Read the full story →