"Les Zazous" (1/2)

« Les zazous », paru il y a 30 ans, dresse un portrait de la France entre 1940 et 1942. Période trouble où, tout logiquement, la jeunesse réagit à la restriction et l’humiliation par une forme de révolte. Résistance à la connerie, véritable lutte contre l’indifférence et la passivité de la majorité, le mouvement Zazou s'est inspiré de Cab Calloway et de son fameux Zah Zuh Zah !   Read the full story →

"Les Zazous" (2/2)

Reprenons le cours du livre et de l’histoire des zazous. Après avoir vu comment ils avaient grandit et prospéré, voici aujourd'hui comment s'est déroulée la chute des zazous. Dès juin 1941, les zazous sont la cible de la presse collaborationniste qui les ridiculise. Selon elle, le zazou « représente le repoussoir idéal » et elle a vite fait de le définir comme « prototype du mauvais esprit » !   Read the full story →

BENNY PAYNE: the friendly pianist (part 2)

  Dans cette seconde note consacrée à Benny Payne, le pianiste de Cab Calloway de 1931 à 1943, nous allons découvrir comment il a réagi à son retour de l'armée et comment il a poursuivi sa carrière de pianiste. Nous parlerons également de sa femme, Ethel MOSES, qui a connu une splendide carrière de chorus girl au Cotton Club...   Read the full story →

BENNY PAYNE: the friendly pianist (part 1)

  Même si beaucoup de musiciens ont glosé sur la routine de jouer avec Cab et son incapacité à laisser ses solistes suffisamment s’exprimer, on doit tout de même reconnaître que de nombreux pupitres sont restés occupés par les mêmes personnes de nombreuses années. Et en tout premier lieu par Benny PAYNE, le pianiste de Cab de juillet 1931 (première date d’enregistrement) à fin 1943 (son départ à l’armée). Dans cette première partie, nous allons voir la carrière de Benny Payne avant et pendant Cab. Read the full story →

“A plane! A plane for my musicians!”

Tout le monde sait que l'orchestre de Cab Calloway était parmi les mieux traités du business : la paie était la meilleure, 4 semaines de congés payés par an et 1 semaine à Noël avec une prime, au moins 3 costumes de scène inclus, etc. Dans le "package" Calloway, il y avait également le transport. Quand ce n'était pas dans un bus spécial, l'orchestre avait pour habitude de voyager dans un wagon Pullman bénéficiant d'un grand confort. Les nombreuses photos de Milt Hinton vous ont déjà montré tout ça. Ce que l'on sait moins, c'est que tout l'orchestre profita pendant quelques mois d'un nouveau type de transport, unique dans tout le monde du jazz à l'époque : un avion ! Il n'y a guère que The Hi de Ho Blog pour vous raconter pareille anecdote ! Read the full story →