“From Cab Calloway to Duke Ellington” (3/6): the TROMBONES

The Cab Calloway and Duke Ellington orchestras were among the most popular of the 1930’s and 1940’s. They were also responsible for disbursing the highest payroll! Of course, the Duke had the prestige and incomparable excellence. Many of the musicians who passed through Cab’s bandstand were eager at one time or another to join Ellington. Only a handful of them succeeded in that objective ... and fewer still traveled the other direction. The Hi De Ho Blog reviews them all for you. And there are a few unexpected names on the list! We continue the series with the trombones and: Tyree GLENN, Claude JONES et Quentin JACKSON. Read the full story →

Dave RIVERA: the delicate Portorican touch in Cab’s ork

Heureusement que Down Beat existait en 1944 ! Sans cette revue américaine consacrée au jazz (et qui n'était pas toujours très tendre avec Cab Calloway !), nous ne saurions rien ou presque sur Dave Rivera. Et pourtant, ce pianiste ne manque pas d'intérêt. The Hi de Ho Blog va tenter d'en retracer l'histoire, comme nous l'avons fait précédemment avec les deux précédents pianistes de Cab, Earres Prince et Benny Payne. Read the full story →

Day At Night: 30 mn intimate interview of Cab in 1974

La chaîne CUNY TV a eu l'excellente idée de numériser, restaurer et diffuser gratuitement sur Internet une partie des interviews menées pendant plusieurs années par le journaliste américain James DAY. Parmi les quelque 130 émissions, une en particulier a retenu notre attention et, vous vous en doutez, il s'agit de celle consacrée à Cab Calloway. Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” (2/6): the TRUMPETS

The Cab Calloway and Duke Ellington orchestras were among the most popular of the 1930’s and 1940’s. They were also responsible for disbursing the highest payroll! Of course, the Duke had the prestige and incomparable excellence. Many of the musicians who passed through Cab’s bandstand were eager at one time or another to join Ellington. Only a handful of them succeeded in that objective ... and fewer still traveled the other direction. The Hi De Ho Blog reviews them all for you. Here are trumpets with: Dizzy GILLESPIE, Eddie MULLENS and Cootie WILLIAMS. Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” (1/6): the SAXOPHONES

The Cab Calloway and Duke Ellington orchestras were among the most popular of the 1930’s and 1940’s. They were also responsible for disbursing the highest payroll! Of course, the Duke had the prestige and incomparable excellence. Many of the musicians who passed through Cab’s bandstand were eager at one time or another to join Ellington. Only a handful of them succeeded in that objective ... and fewer still traveled the other direction. The Hi De Ho Blog reviews them all for you. And there are a few unexpected names on the list!  Let's begin de series with the saxophones: Hilton JEFFERSON, Chauncey HAUGHTON and Rudy POWELL. Read the full story →

New Cab Calloway treasures in the SAVORY Collection

Loren Schoenberg est décidément quelqu'un de bien. A son amour et sa connaissance du jazz vient s'ajouter une générosité que bien des collectionneurs et amateurs de jazz feraient d'avoir... Dernière preuve en date, l'émission diffusée le 9 mai 2011 dans l'émission Night Light de David Brent Johnson sur la radio publique de l'Indiana. Durant une heure, Loren Schoenberg diffuse de multiples extraits issus de la collection SAVORY en cours d'exhumation. On ne compte plus les Fats Waller, les Duke Ellington, les Joe Sullivan et les Benny Goodman retrouvés.. Concernant Cab Calloway, l'émission permet d'entendre deux extraits particulièrement intéressants, datés de 1938... Read the full story →

“From Cab Calloway to Duke Ellington” series: the perfect career

The Cab Calloway and Duke Ellington orchestras were among the most popular of the 1930’s and 1940’s. They were also responsible for disbursing the highest payroll! Of course, the Duke had the prestige and incomparable excellence. Many of the musicians who passed through Cab’s bandstand were eager at one time or another to join Ellington. Only a handful of them succeeded in that objective ... and fewer still traveled the other direction. The Hi De Ho Blog reviews them all for you. And there are a few unexpected names on the list!  Read the full story →

The White Stripes: from Koko to Cab Calloway

Alors que ce fameux groupe de rock a récemment annoncé sa séparation (février 2011), voici la version très callowayenne d'un des tubes de Cab, St James Infirmary Blues de Joe Primrose. Elle fut enregistrée pour l'album éponyme du groupe en 2002. A rapprocher, naturellemment, de la version de 1933 enregistrée pour le dessin animé de Betty Boop... Read the full story →

Miguel Covarrubias: a Mexican in Harlem

Miguel COVARRUBIAS (1904-1957) est un dessinateur, peintre et caricaturiste mexicain qui a passé plusieurs années à New York, de 1924 à 1930 environ. Autant vous dire que cet amateur d'arts et de plaisirs était particulièrement bien tombé ! Ses caricatures sont régulièrement publiées dans Vanity Fair ou The New Yorker. Suite à son voyage en Asie, il se passionne pour l'ethnologie et l'histoire de l'art. Il fera d'ailleurs beaucoup pour la reconnaissance du patrimoine du Mexique. J'ai découvert Covarrubias lors de l'exposition Le siècle du jazz au musée du Quai Branly. Y était présentée une illustration intitulée "Radio Talents" dans laquelle apparaît - devinez qui ? - Cab Calloway ! Read the full story →

A Cab Calloway’s song in a web-series for kids

Le Rétro Kid Show est une nouvelle émission pour enfants diffusée uniquement sur Internet et qui va commencer à "émettre" officiellement en mars 2011. En attendant, ils ont eu la bonne idée de mettre en image la chanson de Cab Calloway "Everybody Eats When They Come To My House". Read the full story →

The sculpted and painted Cab Calloway: a first catalog

"Quel marbre à la postérité fera paraître votre gloire ?" s'interrogeait Malherbe (qui s'y connaissait plus en poésie qu'en jazz). Il était donc logique qu'en plein gloire, soutenu par son agent actif Irving Mills, Cab passât à la postérité, sculpté dans le marbre ou modelé dans l'argile. Au cours de mes diverses recherches, j'ai pu recenser différentes œuvres représentant le roi du Hi de Ho et j'en ai dénombré 5. Pour le moment. Les voici dans leur ordre chronologique d'apparition. Read the full story →

Julien DELLI FIORI: the radio guy who loves jazz... and Cab

Passionné de musique, et de jazz en particulier, Julien DELLI FIORI (67 ans) dirige aujourd'hui la station FIP, après avoir animé durant des années sur France Inter l'émission dominicale "Ascenseur pour le Jazz". Tout jeune, il fait partie de la première équipe de FIP en 1971 comme programmateur puis animateur. Ses coups de cœur ont autant de force que ses coups de gueule et ont contribué à sa réputation. Et son goût pour Cab Calloway se retrouve notamment dans ses deux derniers ouvrages... Read the full story →

Lena HORNE’s estate at the auctions: twice the estimates!

Le 23 février dernier s'est tenue la vente aux enchères des biens de Lena HORNE, décédée en mai 2010. Plus de 200 pièces, bijoux, livres, meubles, tableaux, photos, robes, etc. ont été mis en vente. Naturellement, sur quelques photos vendues figurait également Cab Calloway (des photos publicitaires pour le film Stormy Weather). Read the full story →

Old marketing lesson: a 1934 St Louis bus pass with Cab Calloway

Voici un objet publicitaire inattendu, en tout cas, que je n'imaginais pas exister à cette époque. Il s'agit d'un passe pour une semaine de trajets valables sur les bus de la ville de Saint Louis (MO). Il fut édité à l'occasion du passage de Cab Calloway entre le lundi 17 et le jeudi 20 avril 1944 à l'ancienne Opera House, appelée depuis 1943, "Kiel Auditorium". Read the full story →

Whoopi GOLDBERG: the star fan of Cab Calloway

  Quel dommage que lorsque nous avons monté le documentaire "Cab calloway, le dandy de Harlem", Whoopi Goldberg n'ait pas daigné répondre à nos demandes d'interview... Elle est pourtant particulièrement fan de Cab Calloway comme cette photo et cette vidéo le prouvent avec bonheur et sincérité. Read the full story →

103 ans et toujours le roi des excentriques : Cab Calloway !

En ce jour de Noël, célébrons les 103 ans qu'aurait eu Cab Calloway s'il n'avait pas eu la mauvaise idée de nous quitter en 1994. Et profitons-en pour remercier LIBERATION d'avoir mis Cab Calloway en couverture de son hors-série "Histoires d'excentriques". Sous le titre "Zoot alors" (paru à l'origine dans l'édition du 14/08/2010), Bernard Icher parle de Cab comme "l'ambassadeur du zoot suit, mouvance protestataire qui scandalisa l'Amérique des années 40." Read the full story →

The very expected "Hi-De-Ho: The Life of Cab Calloway" by Alyn SHIPTON

Si vous lisez ces lignes, si vous suivez ce blog, eh bien sachez qu'il existe A CAUSE de ce livre ! En effet, depuis de nombreuses années, les quelques fans de Cab Calloway attendaient l’arrivée d'une biographie digne de ce nom sur leur idole*. En 2005, Oxford University Press annonce "officiellement" la sortie prochaine d'un livre par Alyn SHIPTON. Puis plus rien. Fin 2005, je prends contact avec l'auteur qui m'explique que rien n'est fait ou presque et qu'il va falloir que je m'arme de patience. C'est alors que j'ai décidé de créer The Hi de Ho Blog : pour patienter jusqu'à la sortie de ce livre en apprenant par moi-même tout ce que j'avais envie de savoir sur Cab (sans oublier de le partager avec vous !). Cela fait bientôt 5 ans que ce site existe et que plus de 300 articles sont en ligne, et pourtant... j'ai éprouvé un réel bonheur à la lecture du livre d'Alyn Shipton. Read the full story →

Discoveries of Cab Calloway broadcasts in the Savory Collection

"Every collector's wet dream", c'est ainsi que Loren Schoenberg qualifie ce qui est l'événement de l'année 2010 - peut-être des années à venir - dans le monde du jazz. Au printemps dernier, Loren Schoenberg, directeur du futur Musée du Jazz à Harlem, a fait l'acquisition d'une incroyable collection de disques de transcriptions radiophoniques des années 30. Ces quelque 975 acétates appartenaient à William SAVORY qui avait été ingénieur du son (il était dans l'équipe qui avait mis au point les 33 tours, rien que ça) et dont le métier était d'enregistrer pour de riches clients les concerts de musique classique et d'opéra qui passaient à la radio. Mais lui, ce qui lui plaisait, c'était le jazz... Read the full story →

So many Calloways, but there’s only one Cab!

Cab Calloway ! Avec un nom pareil qui semble rebondir d'une syllabe à l'autre et une personnalité scénique exubérante aux nombreux succès, on peut être sûr que l'on va attirer les convoitises. Eh bien, cela a commencé très tôt et l'appellation "Cab Calloway" est devenue signe de réussite au point que de nombreux artistes (et surtout producteurs peu scrupuleux) ont tiré la ficelle au maximum pour attirer à eux un public un peu gogo. Alors commençons notre petit jeu "Dans la famille Calloway, je voudrais Blanche, Elmer, Jean, Tiny et les autres"... Read the full story →

New CD: “STUFF SMITH AND HIS LUCIDIN ORCHESTRA” with Cab Calloway’s musicians

  L'incroyable Anthony BARNETT auquel on doit d'encore plus incroyables anthologies et livres autour du violoniste Stuff SMITH vient de sortir un nouveau CD complètement inédit de son idole. Si The Hi de Ho Blog vous en parle aujourd'hui, c'est parce que cet album intitulé STUFF SMITH AND HIS LUCIDIN ORCHESTRA FEATURING ELLA FITZGERALD, nous permet d'entendre plusieurs membres de l'orchestre de Cab Calloway, et non des moindres : Garvin BUSHELL (as, cl), Walter THOMAS (ts), Ben WEBSTER (ts). Il y a même Jonah JONES (tp) et Cozy COLE (dms), mais à cette époque, ils n'ont pas encore intégré les rangs de Calloway. Read the full story →

No banjo in my orchestra, please!

Apparemment, au début 1942, tandis que les USA venaient d'entrer en guerre, le banjoiste Eddie Peabody mena une campagne de lobbying pour la défense du banjo et sa réinsertion au sein des orchestres. Le "roi du banjo" estimait que les chefs méprisaient cet instrument populaire. The Hi de Ho Blog vous dévoile l'opinion de Cab Calloway. Read the full story →

Harry ‘Father’ WHITE: the trombone expert in jitterbug

  Zah Zuh Zah, Harlem Camp Meeting, The Scat Song… Tous ces titres portent la marque de celui que les membres de l’orchestre appelaient entre eux "Father" parce qu’il était l’un des plus âgés : Harry WHITE (Bethlehem, Pennsylvanie, 1er juin 1898 – New York, 14 août 1962). Et pourtant, quand Harry mettait ses lunettes et se mettait à écrire les partitions des arrangements, c’est avec grand respect que les autres musiciens le laissaient faire. Cela donna d’ailleurs le titre Father’s Got His Glasses On. Ce trombone qui avait joué avec Ellington au début des années 20 a connu de grandes heures. Mais malgré son immense talent polyvalent, il est retombé dans l’ombre. The Hi de Ho Blog place à nouveau les projecteurs sur ce father qui ne manquait pas de brothers dans le jazz. Read the full story →

“SWING CAFE”: a children book with bites of Cab Calloway!

  The Hi de Ho Blog sort un peu de son pré carré pour vous signaler - à quelques jours de Noël - un très bel album pour enfants qui leur fera découvrir le jazz : SWING CAFE. Carl NORAC a signé des textes élégants et captivants et Rébecca DAUTREMER a réalisé de somptueuses illustrations pour nous faire vivre les aventures de Zazou, une petite cigale brésilienne. Read the full story →

Leroy MAXEY: the drummer without solo (1/2)

  A la manière du premier pianiste de Cab, Earres Prince, le batteur Leroy MAXEY vit dans l’ombre de son successeur. Et pourtant, Leroy ‘Cash’ Maxey était depuis longtemps le batteur des Missourians lorsque Cab s’imposa à la tête de cet orchestre. Il est depuis reconnu par les historiens du jazz comme un batteur classique notable pour son usage de la pédale de grosse caisse (« bass drum ») et de sa technique « four-to-the-floor ». The Hi de Ho Blog va vous raconter ce qu’il sait sur celui qui fut une petite vedette en son temps, grand séducteur (quasi-bigame qui plus est !) qui fut viré du jour au lendemain par Cab sous prétexte qu’il ne savait pas (plus ?) faire de solo… Read the full story →

Zanzibar Cafe, New York: home of Cab Calloway

  Cab Calloway spent some quality time at Zanzibar... entire months! Café Zanzibar, "Home of the Stars", was a Broadway theater that opened in 1943 with the aim of succeeding the prestigious Cotton Club which had recently closed.  But Zanzibar brought one notable difference: the black audience was accepted there. This policy greatly contributed to its success both with orchestras and the public. The Hi De Ho Blog tells you everything he knows about the Café Zanzibar. Read the full story →

A 1932 poem to Cab Calloway!

Il y en a eu des choses écrites sur Cab : des critiques (pas toujours bonnes), des articles, des essais... eh bien il y a même eu des poèmes (l'un des plus fameux est celui d'Ishmael Reed, Cab Calloway Stands In For The Moon qui donna d'ailleurs lieu à un recueil et un album - et qui donnera lieu également à une note dans ces colonnes !). The Hi de Ho Blog est heureux de vous montrer l'un des tout premiers parus en l'honneur de Cab et ce, dès 1932 ! Read the full story →

Bill Bojangles ROBINSON: Cab Calloway’s less friendly partner

  Loin de moi l'idée de faire une énième biographie de Bill Bojangles ROBINSON (1878-1949), danseur de claquettes hors pair : d'autres l'ont fait avant moi ou le feraient mieux que moi. The Hi de Ho Blog va se contenter de retracer les différents moments où lui et Cab se sont croisés entre 1931 et 1949. Même s'ils ont été très souvent ensemble sur la scène du Cotton Club ou s'ils ont partagé l'affiche de Stormy Weather, ces deux compères-là avaient une relation étonnante : Cab était le jeune chef aux dents longues, et Bill le vieux briscard impitoyable. Read the full story →

“Stoppin’ The Traffic” by The Missourians: a new CD by Frog Records

  On ne louera jamais assez le formidable travail d'édition de la maison de disques indépendante et britannique Frog Records. C'est à elle que l'on doit des rééditions quasi exclusives de galettes qui, sans eux, auraient été plongées dans l'oubli à jamais. A l'heure où le CD va progressivement disparaître, saluons la sortie dans ce format bientôt obsolète d'un disque consacré aux musiciens des Missourians. Read the full story →

April 21, 2009: release of Big Bad Voodoo Daddy's tribute album to Cab

  Cela fait un bon moment qu'il est en préparation, que le groupe le tourne sur les scènes des USA (et bientôt de l'Australie) : "How Big Can You Get?" de Big Bad Voodoo Daddy sort le 21 avril. Vétéran et exemplaire représentant du mouvement néo-swing, BBVD a depuis toujours été influencé par Cab Calloway. Sa silhouette était sur la pochette de leur premier album (1994), comme une très bonne reprise de Minnie The Moocher. Read the full story →